La grande ortie

Plante de feu qui nettoie le corps et l'esprit des énergies négatives, l'ortie est une pépite de la Nature! Qualifiée à tort de "mauvaise herbe", sa richesse nutritive est pourtant sans égal dans le monde du végétal. Explorons ensemble les nombreuses propriétés et bienfaits de cette plante hors du commun.

 

 

La grande ortie

(Urtica dioca L.)

 

 

Petite présentation

 

L'ortie tient son nom du latin urere qui signifie "brûler". Cette plante de la famille des urticacées pousse facilement, notamment sur les sols plutôt humides et riches en azote.

 

Elle freine bien souvent le cueilleur non-averti de part son coté urticant. Et pour cause : qui n'a jamais eu à subir la brûlure et les démangeaisons qu’entraîne sa mauvaise manipulation ? Afin d'éviter ces douloureux déboires, il est conseillé d'utiliser des gants de jardinage (pour ma part, je glisse ma main qui la cueille dans un petit sac de congélation et le tour est joué!). Les cueilleurs plus aguerris savent la toucher sans se piquer en la prenant littéralement « dans le sens du poil » : ils s'en saisissent par en-dessous, avec un mouvement allant de la tige vers la pointe de la feuille.

Les feuilles se cueillent quasiment tout au long de l'année (excepté lors des périodes de gel) et lorsque la plante n'est pas en fleurs.

 

Comment consommer l'ortie?

 

Elle peut être mangée crue ou cuite bien qu'elle perde de ses qualités nutritives au fil de la cuisson. Les jeunes poussent ont un goût qui rappelle légèrement celui du champignon tandis que la saveur de la feuille mature se rapproche un peu de celle du poisson.

 

Pour la consommer crue et ne pas se piquer, il est nécessaire d'en casser les poils urticants au préalable : soit en roulant puis en écrasant la feuille entre vos doigts avant de la mâcher, soit en pilant ou hachant finement les feuilles pour les ajouter à une salade. Les tisanes d'orties sont une autre façon de profiter des vertus de l'ortie piquante.

Vous pouvez également les déguster cuites dans des soupes (ajouter les feuilles d'ortie à la fin de la cuisson, juste avant de mixer, afin de conserver ses nutriments), des tartes, des gratins...

 

Cependant, attention à ne pas confondre la grande ortie avec le lamier blanc car, bien que semblables en apparence, leurs propriétés sont très différentes.  Pour être sûr(e) de ne jamais les confondre, cliquez sur la photo ci-dessous ;-)

 


 

Quels sont les bienfaits de l'ortie?

 

Les herboristes nous disent que s'il ne devait rester qu'une seule plante sur Terre, il serait préférable que ce soit l'ortie. En effet, elle est un végétal aux innombrables vertus, un véritable « alicament ».

 

Or, ses propriétés diffèrent en fonction de la partie de la plante qui sera consommée.

Riches en minéraux (fer, calcium, potassium et silice, pour ne citer qu'eux), mais aussi en vitamines et protéines, les feuilles d'ortie constituent un excellent fortifiant général (notamment lors d'une convalescence ou dans le cas d'un épuisement physique et/ou nerveux). Elles sont également reconnues pour leurs propriétés diurétiques, dépuratives (qui favorisent l'élimination des toxines), anti-inflammatoires, anti-rhumatismales, antiallergiques et cicatrisantes.

En outre, les feuilles d'ortie peuvent être utilisées afin de favoriser la production et la qualité du lait maternel, mais aussi en cas d'inflammation urinaire ou de calculs rénaux, d'arthrose, de cholestérol, à l'occasion d'un saignements de nez ou encore pour prévenir la chute des cheveux... Et je vais m'arrêter là car la liste est encore longue !

 

Concernant la racine de l'ortie (composée de lectines, polysaccharides, stérols et lignanes), elle aide essentiellement à la décongestion de la prostate, dans les cas de mictions fréquentes et d'hyperandrogénie (pathologie caractérisée par des taux élevés d'hormones mâles chez la femme).

 

Quelques précautions d'emploi

 

De part sa forte teneur en vitamine K (au pouvoir coagulant), la feuille d'ortie peut interagir avec les fluidifiants sanguins. Il en est de même pour tout autre prise de traitement allopathique : si vous avez un doute à propos des interactions médicamenteuses, n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

La racine de la plante, quant à elle, est déconseillée aux femmes enceintes, contrairement aux feuilles qui leur seront très bénéfiques.

Par ailleurs, l'ortie étant fortifiante, il est conseillé de la consommer de préférence le matin (éventuellement en début d'après-midi) et d'éviter de l'absorber le soir afin de ne pas perturber le sommeil.

 

Comme chacun sait, l'ortie s'expanse rapidement par les racines et peut vite devenir très envahissante ! Si vous souhaitez en avoir dans votre jardin (afin notamment d'être sûr(e) de sa provenance et donc de sa qualité), il vous suffira de la contenir en la coupant de temps en temps ainsi qu'en arrachant régulièrement les racines qui s'étendront sans nul doute au delà de la zone que vous lui aurez attribuée :-).

 

Quelques idées recettes

 

Pour un bon nettoyage intérieur : l'infusion d'ortie (1 à 2 fois par jour pendant 2 à 4 semaines)

Mettre 2-3 feuilles d'ortie fraîches ciselées (ou 2 c.a.c. de feuilles d'ortie séchées) dans une boule à thé, puis celle-ci dans une tasse. Faire chauffer de l'eau (attention, maxi 80°C car l'eau bouillante ferait perdre les qualités nutritives et dépuratives de la plante) et remplir la tasse. Laisser infuser environ 10 à 15 minutes en couvrant la tasse. Retirer la boule à thé : votre infusion est prête!

Si vos papilles en salivent, vous pouvez ajouter 2 feuilles de menthe chocolat fraîches à celles d'ortie, ou ajouter un peu de jus de citron.

 

En cas d'anémie, de fatigue ou de rhumatismes, vous pouvez boire 2 à 4 infusions de feuilles d'orties par jour.

 

 

Savoureux et nutritif : le jus ortie/banane/orange

Cueillir une dizaine de feuilles d'ortie, les équeuter et les rincer. Personnellement, j'utilise une pince à épiler pour tenir la feuille sans me piquer :-) .

Éplucher l'orange, séparer les quartiers et les mettre dans un mixeur.

Ajouter les feuilles d'ortie.

Ajouter une banane après l'avoir épluchée et couper en rondelles.

Ajouter à hauteur de l'eau ou de la boisson d'amande, mixer et ajuster afin d'obtenir la densité désirée. Pour ceux qui n'aiment pas la pulpe, le jus pourra être filtré.

Maintenant il n'y a plus qu'à déguster :-)

 

 

 

 

 

 

 

Sources

Livres: "Le guide familial des plantes médicinales" de D. Lousse, N. Macé, C. Saint-Béat, A. Tardif; "Le petit traité Rustica des plantes sauvages comestibles" de Calenduline, C. Monplaisir, L. Stubbe

Site internet: https://mr-ginseng.com

Les différents soins proposés ont pour intention et finalité votre bien-être, ils ne se substituent en aucun cas à un avis médical ou un traitement thérapeutique, et ne s'apparentent en rien à la pratique de la masso-kinésithérapie.